L' entretien

Entretien avec Loïc Prud’homme, Député France Insoumise de la 3ème circonscription de Gironde.

AB - Bonjour Loïc te voilà donc député de la nation mais aussi des insoumis, de l’ensemble de nos concitoyens mais aussi de la 3 ème circonscription de Gironde.

Comment articuler ces apparentes contradictions ?

LP- Bonjour LEJI ;-) Il ne me semble pas y avoir de contradictions dans ce fait, mais un équilibre à trouver. Je suis comme les 17 autres députés FI d’abord un député de la nation, ayant un mandat électif pour écrire la loi qui s’appliquera à tous. Pour moi le fait d’avoir été élu avec l’étiquette FI signifie que les citoyens de ma circonscription souhaitent que ce travail législatif soit fait en portant certaines valeurs : il doit servir à l’intérêt général, à améliorer la vie des plus modestes plutôt qu’à des intérêts particuliers, comme nous l’avons écrit dans notre programme. A l’échelon de la circonscription il s’agit de donner une forme concrète à cet engagement, par mes actions, les combats que je soutien. Un exemple qui illustre ces propos ? : le maintien d’un pôle public de santé sur le site de l’hôpital d’instruction R.Picqué. Le ministère de la défense se désengage de ce site, et le transfert d’une partie des activités vers la fondation privée Bagatelle ne répond pas aux besoins des 180 000 habitants concernés. Je soutiens les collectifs engagés pour ce maintien. Nous allons mobiliser ensemble les citoyens et leur proposer une votation citoyenne sur ce sujet.

AB- Pourquoi organiser une votation citoyenne, a t-elle une chance d'aboutir ?

D’abord sur la méthode : la votation citoyenne est un moyen de redonner la priorité à la parole du peuple, lui donner les moyens d’exprimer ses choix. Cela rejoint notre objectif d’une 6eme république où l’usage du référendum est remis en avant comme une réappropriation de la parole politique par nous toutes et tous. Sur ce dossier de l’hôpital avec le projet de votation citoyenne il est question d’informer et mobiliser les citoyens autour d’une question essentielle, vitale : la santé doit être un service public de proximité, accessible sans condition. Aujourd’hui déjà 1 français sur 3 renonce à se soigner faute de moyens. il s’agit de notre vie à toutes et tous, au sens le plus basique. Une participation importante à cette initiative citoyenne sera un appui précieux pour défendre à mon niveau le dossier devant les institutionnels. Quant aux chances d’aboutir, j’ai pour habitude de dire que les combats perdus d’avance sont ceux que l’on ne mènent pas, ma présence dans l’hémicycle l’illustre .

AB - La France insoumise a désormais de lourdes responsabilités, elle incarne aux yeux du grand nombre la seule opposition humaniste écologique et sociale face au rouleau compresseur que tente d'installer le président Macron. Comment vois tu le développement de ce mouvement ?

LP - La France Insoumise est effectivement très attendue par celles et ceux qui luttent et/ou subissent toutes les formes d’injustice de la société actuelle. Dans cette campagne nous avons fait renaître l’espoir qu’une alternative est possible, reposant sur l’implication de chaque citoyen. La 6eme république, écologique et sociale est notre horizon. Maintenant nous devons commencer à mettre en œuvre concrètement nos propositions, ne serait-ce que dans la façon dont nous agissons sur le terrain et dans l’hémicycle. Je crois à la preuve par l’exemple. Le développement du mouvement France Insoumise se fera par l’action : éducation populaire, initiatives citoyennes pour les biens communs ( cf question 2) et bien sûr mobilisations. Nous serons tout ce mois d’août sur les routes avec la caravane des droits pour rejoindre Marseille. En septembre tous rassemblés derrière les syndicats le 12 (loi travail) et à Paris le 23 (loi travail et CETA) !!
Et pour celles et ceux qui ne seraient pas repu-e-s d’action notre convention se tiendra en octobre, elle sera le point d’orgue de cette année insoumise.

J’espère y retrouver leji.fr, le journal qui dégrippe les neurones et rafraîchit les idées ;-)

Propos recueilli par Alain Bousquet