Cinéma & graines d’insoumis

Un roman pour enfants plein d’humour et de lutte des classes !

Vous ne savez plus comment expliquer à vos enfants, votre filleul-e ou votre petit-e cousin-e pourquoi vous passez vos week-ends à distribuer des tracts ou user vos semelles en manif ? Rufus va s’en charger pour vous !

Rufus est un jeune fantôme de 526 ans. Il est encore à l’école, mais il sait déjà quel métier il exercera plus tard : il sera la Mort ! Oui oui, la vraie, la Grande Faucheuse, celle qui fait passer les humains de vie à trépas. C’est sa vocation et il n’en démordra pas, malgré l’opposition de son père.

Avec son copain Octave, un zombie qui a un gros défaut d’élocution depuis qu’il a avalé un bout de sa langue, ils formeront une sacrée équipe : Octave sera son fidèle Ankou, celui qui conduit la charrette qui transporte les âmes. Déterminés, ils ont déjà commencé une formation clandestine avec Melchior, la Mort qui habite dans leur cimetière… C’est la Mort locale, si vous voulez. Oui, car la Mort n’est plus une entreprise artisanale depuis longtemps, elle est organisée par La Mort Inc., une grande multinationale avec des succursales et des représentants partout dans le monde, et un Grand Siège en Transylvanie.

En ce moment, il n’a pas trop le moral, Melchior… Il a reçu de nouvelles directives : on demande aux Morts d’uniformiser leur pratiques, car comme dans toutes les grandes entreprises d’aujourd’hui, il faut augmenter la cadence et gagner en efficacité. Ça veut dire plus de procédures, plus d’accidents de bus ou d’avions et moins de morts pensées avec humanité et respect pour les vivants, tout ce qui faisait le cœur de leur métier jusqu’ici. Et puis les horaires s’allongent, les conditions de travail se durcissent…

Rufus et Octave ne veulent pas voir disparaître le métier de leurs rêves. Alors ils vont aider Melchior et ses camarades de la CMT (Confédération Mortelle des Travailleurs) à organiser une grande grève et la toute première manifestation d’outre-tombe !

Rufus le fantôme est une histoire loufoque, intelligente et très bien écrite. Avec beaucoup d’humour (noir, évidemment ! ), l’auteur, Chrysostome Gourio, permet d’aborder avec les plus jeunes l’évolution de notre société, du monde du travail notamment. Les références multiples et humoristiques à notre histoire, nos institutions, nos organisations et à notre économie en général, font sourire les adultes et permettent, par quelques parallèles, d’expliquer plus facilement aux petit-e-s le fonctionnement du monde bien vivant que nous connaissons.

A travers les tirades du « Prof », le père de Rufus (un fantôme très érudit qui tient le savoir pour le seul moyen d’ « échapper à sa condition primaire de spectre »), l’enfant découvre les grandes lignes de notre histoire sociale, ce qu’est une grève ou un syndicat.

Et en suivant Rufus et Octave, il-elle apprend comment on rédige un tract ou des slogans, comment on discute et mobilise pour organiser une manifestation et mener des négociations… Et puis surtout, il-elle comprend l’importance du collectif pour faire basculer le rapport de force !

Le roman est en prime émaillé de « bonus », proposant divers exercices pratiques tous plus drôles les uns que les autres. Coup de cœur particulier pour le « Bonus Manifestation » qui invite l’enfant à rédiger ses revendications (une revalorisation de l’argent de poche, par exemple !) pour organiser une manifestation à la maison !

Les personnages sont tous hauts en couleurs et attachants, le style incisif et drôle.

Des tirades incompréhensibles d’Octave aux illustrations poétiques d’Eglantine Ceulemans, c’est un excellent moment de lecture garanti… pour les enfants comme pour les adultes !

Une ode rigolote à la lutte sociale et à l’insoumission : un vrai remède à la résignation ambiante, à mettre entre toutes les (petites) mains !

Rufus le fantôme ou la grève de la mort, Chrysostome Gourio, éditions Sarbacane (pour les 9-12 ans).

Anne Stambach-Terrenoir