l'édito

La Commission européenne a l’initiative des textes présentés au Parlement Européen. Le Parlement Européen a le pouvoir de les rejeter ou d’amender.

En 2016 il a manqué 24 voix pour empêcher la privatisation et des fermetures de lignes de trains ou de gares. Il ne manquait pas grand chose pour l'éviter. Comme quoi, voter aux européennes, ça peut servir à quelque chose.

Prenons le climat. Nous avons besoin de gens courageux qui ne risquent pas de finir chez Macron. De têtes dures qui ne risquent pas de se faire acheter par des lobbies privés.

Pour en finir pour de vrai avec le nucleaire, avec les énergies fossiles, avec les grands projets inutiles et imposés ou pour préserver les terres vivrières, autant ne pas choisir des menteurs et ne pas se tromper de bulletin de vote.

Gabriel Amard